Nombre total de pages vues

Musique et cerveau




Qu'est ce que la musique ?


Qu’est ce que la musique ? Prenons un son de fréquence simple appelé aussi ton pur. A la même fréquence que ce son, ajoutons des sons plus aigus dont les fréquences sont des multiples entiers de la fréquence d’origine que l’on appellera fréquence fondamentale. C’est une onde complexe dite ton complexe constituée  d’un multiple de harmoniques (multiple de la fréquence fondamentale) que l’on vient de créer. Ainsi, cette combinaison de tons purs dans le temps est la MUSIQUE ! Ce mélange particulier détermine une caractéristique fondamentale de la musique : le timbre. Fondamentale car c’est elle qui rend chaque instrument unique. En effet, le timbre fournit une information quant à la nature du son. Par exemple, il permet de distinguer le son d’une guitare de celui d’un violon lorsque les deux instruments exécutent la même note avec la même intensité.Mais dans ce cas là, qu’est ce qui différencie un bruit d’une musique ? Une musique, en plus d’être dotée d’un ensemble de ton pur, elle possède une sorte de périodicité, c'est-à-dire une répétition de la fréquence fondamentale. Un bruit, lui, est dit apériodique ou aléatoire car il ne possède pas cette périodicité caractéristique de la musique. 

Décomposition du son musical

Comment le cerveau traite-t-il la musique ?


Maintenant que nous savons ce qu’est la musique, nous remarquons que cette dernière est donc constituée d’un ensemble de son, ainsi son cheminement depuis son arrivée dans le système auditif jusqu’à son aboutissement dans le cerveau est identique à celui du son.Cependant, il a été démontré qu’il semble exister un espace dédié dans le cerveau au traitement de la musique. Des études cérébrales en imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) ont souligné que le traitement de la musique se fait principalement au niveau des aires auditives primaires (gyrus de Heschl) et associatives situées dans la partie supérieure de lobe temporal droit (hémisphère droit). A contrario, le traitement du langage a pour spécialisation l’hémisphère gauche du cerveau et plus précisement dans une aire appelée Aire de Wernicke qui permet décoder  les syllabes et les mots et en stocke les représentations en tant qu’élément linguistique.

L’hémisphère droit du traitement musical et l’hémisphère gauche du traitement du langage



Campagne de pub mercedes : la réelle différence entre l’hémisphère gauche et l’hémisphère droit du cerveau.

Les capacités langagières sont une chose innée. Sandra Trehab et ses collaborateurs ont montré durant une recherche en 1999 qu’il doit en être de même pour la musique. Cette équipe a remarqué que des jeunes enfants apprennent plus facilement des gammes (notes qui se suivent) que des notes aléatoires. Sandra Trehab a aussi souligné que les enfants étaient sensibles aux fausses notes musicales et que par la suite ils étaient dotés d’une perception musicale rythmique. Cette expérience nous amène au questionnement suivant : Le cerveau est-il façonné dès la naissance à la perception de la musique particulièrement ? 


Quels sont les effet des genres musicaux sur le cerveau ?


Pour étudier en profondeur les relations qui lient la musique au cerveau, d’autres études faisant aussi appel à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) , ont été établies. Il s’agissait de faire écouter une variété de morceaux de musique à plusieurs patients puis d’étudier les zones stimulées par l’écoute de la musique en question. Les résultats ont montré que, pour une même personne, les zones stimulées par l’écoute de la musique diffèrent selon les genres musicaux mais aussi selon la fréquence et le volume de la séquence musicale. De plus, les zones activées varient d’une personne à une autre en fonction des antécédents de cette personne ainsi que de ses activités (aptitudes physiques, souvenirs, sensations etc.). En effet, la pratique d’une activité physique liée à la musique telle que la pratique d’un instrument de musique, développe des schémas moteurs qui seront mis en jeu lors de l’écoute du genre musical en question.

Une IRM

Voici, pour un même patient, l’image cérébrale au cours de l’écoute d’une musique classique puis d’une musique rock.On remarque que la musique rock a entraîné une activation du cortex auditif plus importante que la musique classique car son rythme est plus élevé




3 commentaires:

Anonyme a dit…

Fort intéressant mais un peu long

Anonyme a dit…

Un peu ennuyeux quand meme

Anonyme a dit…

très intéressant! y'a-t-il un autre article là-dessus?

Enregistrer un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Design Blog, Make Online Money